menu

#monpari2017

Faisons le pari de la solidarité !
  • 0
  • 0
  • 0
  • 1
  • 7
  • 4
  • 3
  • 5

mobilisations

Découvrez tous les défis !

Toutes nos propositions

Souveraineté alimentaire & Justice climatique

Relever le défi climatique, sans nuire à la lutte contre la faim et la pauvreté

Les changements climatiques sont l’une des principales menaces du XXIème siècle. Non seulement les changements climatiques affectent gravement la sécurité alimentaire, mais les mesures prises en faveur du climat peuvent, elles aussi, nuire à celles-ci. Or, le défi climatique ne peut être relevé s’il se fait aux dépens de la lutte contre la faim et la pauvreté. C’est pourquoi les politiques publiques d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques doivent se fonder sur le respect des droits fondamentaux des populations, notamment en ne portant pas atteinte à leur accès aux ressources naturelles.

  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre liées au secteur agricole plutôt que promouvoir de fausses solutions

    L’agriculture contribue à hauteur de 24% des émissions de gaz à effet de serre. Dans le même temps les agriculteurs subissent de plus en plus les effets des dérèglements climatiques et peinent à s’adapter. Les solutions qui émergent aujourd’hui autour des enjeux agricole et climatique semblent faire la part belle à la séquestration du carbone dans les sols afin de compenser les émissions de gaz à effet de serre agricoles. Pourtant, cette séquestration ne doit pas se substituer à l’effort réel de réduction des émissions à engager dans le secteur agricole, afin d’atteindre les objectifs fixés par l’Accord de Paris sur le Climat.

  • S’assurer que les politiques environnementales soutenues par la France respectent les droits fonciers des populations

    Alors que la France s’est engagée fortement pour la défense des droits fonciers des populations face aux phénomènes d’accaparement de terres, elle soutient dans le même temps des politiques et initiatives susceptibles d’entrainer des déforestations, des prises de terre et des déplacements de populations dans les pays du Sud. En outre, valoriser les sols comme outils de lutte pour la réduction des émissions à effets de serre, c’est augmenter la pression sur les terres et accroître le phénomène d’accaparements des terres. La France doit se retirer de toutes les initiatives qui ne respectent pas les droits fonciers des populations.

  • Reconnaître le rôle des communautés locales et des peuples autochtones au niveau international

    Aucune politique publique ou initiative de lutte contre les dérèglements climatiques ne sera durable et efficace si elle se fait au détriment des populations locales. C’est pourquoi le France doit s’engager à signer la Déclaration des Nations unies sur le droit des peuples autochtones.

157 soutiens