menu

#monpari2017

Faisons le pari de la solidarité !
  • 0
  • 0
  • 0
  • 1
  • 7
  • 2
  • 6
  • 4

mobilisations

Découvrez tous les défis !

Toutes nos propositions

Souveraineté alimentaire & Justice climatique

Mettre un coup d’arrêt aux agrocarburants

Depuis plusieurs années, les agrocarburants sont présentés par certain-e-s comme une alternative pour répondre aux enjeux des dérèglements climatiques et à l’épuisement des énergies fossiles : ils représenteraient une énergie renouvelable contribuant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cependant, le marché des agrocarburants, soutenu par les réglementations européennes, nécessite l’importation massive de matières premières agricoles en provenance des pays du Sud, entraînant des impacts négatifs considérables, tant au niveau environnemental qu’au niveau des droits des populations.

  • Supprimer tout soutien public à la production et à la consommation d’agrocarburants industriels

    Le développement de filières d’agrocarburants en Europe, et notamment en France, a été permis grâce à un important arsenal d’exonérations fiscales, qu’il convient de supprimer. De la même manière, la France doit exclure tout soutien financier à des projets liés à la production d’agrocarburants dans les pays du Sud, que ce soit via les agences de développement ou via les initiatives internationales auxquelles la France participe.

  • Stopper l’importation de production agricole provenant des pays du sud pour l’incorporer à nos carburants

    En détournant une partie de la production agricole destinée à l’alimentation pour l’incorporer à nos carburants, les pays du Nord ont gravement déstabilisé les agricultures locales : flambée des prix, développement de monocultures intensives au détriment des agricultures familiales et paysannes, accaparements des terres et des ressources, déplacements de populations, dégradation des ressources naturelles… La France doit s’engager à ne plus avoir recours à ce genre d’importations qui portent atteinte aux droits des populations locales.

  • Mettre fin aux obligations d’utiliser des agrocarburants au sein de l’UE

    Aujourd’hui, l’Union européenne impose aux Etats membres un objectif d’incorporation de 7% d’agrocarburants dans les transports. Une incitation qui pousse les Etats à importer des matières premières agricoles en provenance des pays du Sud, avec les conséquences néfastes que l’on connait comme c’est le cas pour la production de l’huile de palme. Ces objectifs d’incorporation doivent donc être révisés et ramenés à la capacité de production européenne (entre 3 et 5%).

  • Réévaluer au niveau européen la place des agrocarburants parmi les énergies dites renouvelables

    Le biodiesel émet en moyenne 80% de gaz à effet de serre de plus que le diesel qu’il remplace. Il paraît difficile dès lors de parler d’énergie renouvelable. Afin d’évaluer l’impact réel des agrocarburants dans la lutte contre le changement climatique et le développement des énergies dites renouvelables, l’ensemble du bilan énergétique et environnemental de leur production doit être pris en compte.

161 soutiens